Petits (et grands) bonheurs

Les 15 derniers jours de juillet ont défilé dans un état presque second pour moi… entre la dernière ligne droite avant le Festival, puis les 6 journées de festival, puis les rangements du festival, pour arriver à une maison redevenue presque vide, tout a été tellement rapide, chargé d’occupations, bousculé par moments, que j’arrive à cette deuxième semaine d’août sans avoir vu passer les jours ! Et dans 3 semaines, c’est le départ pour l’Islande, attendu, tellement attendu… mais j’y reviendrai (si je trouve le temps avant de partir 😉 !).

En images, des images plus ou moins réussies, prises dans le feu de l’action, parfois beaucoup trop vite et sans avoir pu régler correctement les multiples possibilités de l’appareil… (je me demande si je ne vais pas revenir à un appareil beaucoup plus simple, d’ailleurs), voici ces journées, pleines de petits et grands bonheurs :

anniversaires,

danses (avec même une création mondiale, si si…),

des chants, dans la petite église de Galembrun, sous l’œil bienveillant des angelots…

et la famille, les ami-e-s,

Merci à vous pour ces journées passées ensemble, merci pour votre soutien, vos prévenances, votre affectueuse présence !

Les fleurs et le jardin n’ont pas trop souffert du fait que, avec tout ce chambardement, j’ai un peu oublié de m’occuper d’eux…

Le mois d’août est là, Viera est arrivée, bientôt une autre partie de la famille va passer, puis une autre… c’est l’été ! Vive l’été !

 

Publicités

Wassa’n Africa 2017

_DSC1039Un festival vraiment intéressant pour qui voudrait découvrir un peu d’Afrique… sans y partir 😉 ! Dans le superbe parc de Launac, un grand marché d’art et artisanat africains, associations et commerces, s’installe dès le vendredi, autour de la scène. Couleurs, objets en récup’, bijoux touaregs en argent ou de différents pays (un stand de bijoux faits uniquement avec des graines d’Afrique… superbes !), tissus, vêtements, sacs…

Des artisans, aussi, sculpteurs sur bois cette année. Stages de danses et de percussions, animations, contes, marionnettes, percussions. Concerts avec des groupes de différents pays. Personnellement, je trouve dommage de voir que la musique portée par ces musiciens du Niger, du Sénégal, de Côte d’Ivoire, du Burkina, se rapproche peu à peu de toutes les musiques entendues ici et là, les guitares électriques s’imposent… heureusement, restent encore quelques instruments traditionnels, parfois étonnants, et aux sonorités différentes de celles des groupes occidentaux. Et les percussions, bien sûr. Cette année, un concert de Gospel était aussi au programme.

Bref, un festival dans lequel chacun peut trouver son bonheur, en se promenant tout en écoutant les musiques, les sons, en discutant dans les stands avec les bénévoles des associations, avec les fabricants, assis dans l’herbe, ou dans les différents lieux de restauration et boisson, en dégustant du bissap, ou une glace, en rêvant sous les branches de l’arbre à palabres…

En résumé, merci à Lawa pour ces journées conviviales, riches, et dépaysantes, rendez-vous à Launac l’africaine en 2018 ! En attendant, il ne faut pas oublier le rendez-vous avec les danses et musiques du Monde, à Galembrun, du 18 au 23 juillet… encore d’autres richesses à découvrir… ( http://www.festivaldansespourtous.fr )

Me revoilà…

… pas encore tout à fait d’aplomb, mais presque ! _DSC1004_12346J’avoue que je n’ai plus 20 ans, ni même 50, et la semaine festivalière a été particulièrement fatigante. Mais que de bonheur… d’accord, d’accord, le public n’accourt encore pas en masse, mais apprécie visiblement les spectacles que nous proposons. Le temps a fini par nous faire plaisir, avec des soirées encore un peu fraîches, mais s’est bien réchauffé ensuite. 12juillet-NandiniLe ton était donné dès le début, le 12 juillet : énergie, couleur, passion : Nandini en stage Bollywood puis en avant film, et « Happy New Year » au cinéma de Grenade. (photo de Patrick Peric).

Nous avons eu la chance de pouvoir faire le concert du 13 juillet dans l’église. Le temps étant trop incertain, nous ne pouvions pas prendre le risque pour les musicien-ne-s de l’Orchestre de Chambre de Toulouse et leurs instruments (et le matériel son et lumière prêté ou loué) d’un petit coup de fraîcheur 😉 ! (merci à monsieur le Maire pour son accord enthousiaste).

Le concert du 14 juillet sur la place a entrainé le public tout autour des rives méditerranéennes, j’ai adoré la voix d’Isao, un peu voilée, mais toute en légèreté, et ces musiques venues de temps lointains, très prenantes. Deux danseuses pour les accompagner à la danse, sur trois morceaux : Dyhia et Doumélia. Pour découvrir cet ensemble, Dayazell, voici un lien : https://www.facebook.com/Dayazell/?fref=ts où vous pourrez les entendre et voir des vidéos.

Flamenco le lendemain soir, avec le Cuadro Flamenco, ma-gni-fi-que ! Et toutes les qualités : artistique, musicale, visuelle, technique… Serena De Sousa, Lola Navarro, Mariano Zamora, Leny « Flaquito », un grand merci pour cette soirée.

Une soirée Cabaret pour le samedi, avec un groupe venu de Clermont Ferrand, entrain, des danseuses au point, costumes, plumes, couleurs, chansons, notre hameau n’avait encore jamais vu ça !

Le dimanche offrait un conte dansé et en musique « la maison d’Ibrahima », mais hélas, quel dommage, à peine une vingtaine de personnes dans la petite salle du café du Burgaud cet après-midi, trop ensoleillé peut-être ? J’ai aimé l’ambiance du spectacle, l’oud, les percussions, et ce conte plein de joie et d’espoir à partager…

Sans oublier le village solidaire du samedi, pour lequel des associations avaient répondu « présent », Burkina, Madagaskar, Niger, UNESCO, Brésil, apportaient leur générosité.

Vous voyez, beaucoup de bonheur, de moments partagés, les ateliers bien-être du matin, les repas au soleil couchant, les ateliers pour les enfants, les stages de danse (pas beaucoup de monde…), le calme de Galembrun…

Cela n’a pas empêché mon genou de piquer une belle crise, à ne plus pouvoir marcher plus de 5 minutes, sinon en gardant la jambe raide… mais tout semble se remettre en place doucement, peu à peu. Et je vais pouvoir m’occuper du jardin, qui en a vraiment besoin ! La maison a retrouvé son calme, le toit tout neuf est terminé, la famille repartie chacun chez soi, et au mois d’août ce seront les amis qui passeront. De beaux moments encore en perspective !

PS : un grand merci à Patrick Peric pour son bénévolat photographique, à qui j’ai piqué quelques images pour cette page.

Petit moment de calme…

… avant la folle semaine qui approche. Trop vite. Le septième festival « Danses et Musiques Pour Tous » débute mardi prochain, pour une semaine. D’accord, ce sera une semaine de 6 jours seulement, mais quelles journées ! J’y reviendrai, bien sûr, mais je laisse ici le lien vers le site, pour les curieuses et curieux : http://www.festivaldansespourtous.fr bandeau partage FBEnfin, pour le moment, c’est encore un peu calme. La maison se remplit peu à peu. Le toit sera bientôt terminé. Le soleil chauffe (pourvu que ça dure !). Peut-être un peu beaucoup pour nos deux G & G qui passent leurs journées sur le toit… heureusement, nous acceptons qu’ils prennent une petite pause de temps en temps 😀 !

Entre deux passages sur FB pour les pages du festival ( https://www.facebook.com/FestivalDansesMusiquesPourTous/?fref=ts ), je fais quelques petits tours dans le jardin. Où j’aurais beaucoup à faire !, mais on verra un peu plus tard, après le 20 juillet… Les premières explosions de roses ont laissé la place aux fleurs fanées, on attend les prochaines… tout tailler ? laisser comme ça ? chacun a un avis différent, alors ce sera en fonction du temps que j’ai devant moi ! Les yuccas aussi auraient besoin d’un bon nettoyage…

Araignées, fourmis, sauterelles et insectes divers se mettent au parfum dans les roses et autres fleurs, ou bien jouent le ton sur ton…

L’orange lumineux des fleurs du grenadier rivalise avec celui des hibiscus.

Les roses trémières ont eu cette année la fantaisie de s’installer derrière le grillage… je m’en contente, j’aime tellement ces belles hampes fleuries, et c’est chaque fois une heureuse surprise de les retrouver. Je ne sais pourquoi de temps en temps elles disparaissent, et reviennent un an ou deux plus tard ! En tout cas, elles sont du goût des abeilles ou bourdons, bref, ces insectes bourdonnants…

_DSC0825_12266Quant à la caravane d’Arlette, elle a vaillamment fait la route du Mas Saintes Puelles à Galembrun, hier, pour retrouver sa place de festivalière devant les lilas. Car la maison a beau être grande, en période estivale, il manque parfois une ou deux chambres 😉 !

Aujourd’hui, on a rêvé d’ailleurs…

Entre deux orages, nous sommes allés faire un tour en Afrique, au festival « Wassa’n Africa » dans le parc de Launac. La pluie avait un peu fait fuir le public, les commerçants avaient pour la plupart plié boutique…
Quand nous sommes arrivés, les Arts SonneuRs frappaient leurs tambours, et les touareg semblaient étonnés des tenues style « ethnico-tribal » du groupe, tout droit sorties d’un film de SF genre après fin du monde ! Il faut avouer qu’il y avait de quoi être étonné, raphias pendouillant, cornes de vache sur le chapeau, les trois filles tapant sur des os (en plastique…), cuirs, bois et plumes en veux-tu en voilà, colliers de toutes tailles, bref, ça faisait vraiment Afrique de BD

Dans un coin tranquille, un tisserand faisait son métier de tisserand, à ses côtés un joueur de cora grattouillait pensivement ses cordes en discutant avec lui, petit moment de nostalgie…

Chez les commerçants qui n’avaient pas eu peur de l’orage, les bijoux de pacotille, perles, bois, s’amoncelaient, les vêtements avaient là aussi un air « ethnicotribal », et j’ai cherché en vain un vrai vieux bon boubou pour remplacer un des miens qui commence à rendre l’âme… visiblement, ce n’est plus la mode, quel dommage, on y est si bien ! La prochaine fois que je vais à Paris, je vais faire un tour au marché St Pierre acheter du tissu africain pour le coudre moi-même. Par contre, les tenues bleues des touareg sont toujours aussi lumineuses, même sous le ciel gris !

Finalement, nous sommes rentrés sans avoir entendu Lamine Cissokho, qui s’installait sur l’estrade, mais vraiment un orage s’annonçait à nouveau et nous n’avons pas eu le courage de le braver…
dans le parc de Launac_6-07-2014

Un moment un peu magique, des images dépaysantes, mais tout ce petit monde africain n’a pas troublé la sérénité du parc et de son petit ruisseau…

festival estival…

« Vous chantiez, j’en suis fort aise. Eh bien, dansez maintenant ! »… C’est l’été, les cigales crissent dans les acacias, et même si ce ne sont pas les mêmes que celles de Provence, c’est  bien le signe que l’été est là. Et bien souvent, qui dit été dit festival. Bon, d’accord, cette année, les festivals risquent fort d’être très (ou pas très mais un peu tout de même) perturbés. Et sincèrement, je comprends. Mais point n’est besoin d’aller courir les gros festivals pour que les vacances soient belles et bien faites côté découvertes ! Déjà, pour les familles, il est difficile, à moins d’écorner de façon honteuse son budget, de pouvoir assister à pas mal de spectacles, concerts, que ce soit du classique ou du contemporain, du théâtre ou de la musique. Mais il y a tout de même, dans nos campagnes, des festivals où tout le monde trouve sa place, en famille, en bande, entre amis, ou seul, et qui vous offrent la qualité, le plaisir des découvertes, sans vous bousculer. Tenez, cette fin de semaine, dans le superbe parc de Launac (31330), le festival Wassa’n Africa, vous parle de l’Afrique comme si vous y étiez ! Dépaysement assuré ! Et pour… des spectacles, des ateliers et jeux en accès libre ! Seuls certains stages sont payants (2 stages de percussions). Surtout n’hésitez pas à venir, c’est près de Blagnac, de Toulouse, de Montauban.

Et à partir du 14 juillet, jusqu’au 20 juillet, les danses et musiques du monde seront à l’honneur à Galembrun (31330 Launac), avec le festival « Danses pour Tous ».

Depuis 2010, le festival a grandi… Les Oignons ont participé à la première édition, puis Sarah Avril, Alexia Martin, Maria Robin, les Smocky Eyes, La Chispa, Azulenca et Marie-Soledad Del Cerro, Zou, OC 3, Gustavo Gomez, Guillemette Silvand-Baffert, Lawa Aboubacar, Samara Hilal, Antoine Depuychaffray, (et je dois certainement en oublier, qu’elles/ils me pardonnent) ont participé à ce festival.

Cette 5° édition vous propose de venir rencontrer Simona Jovic, Chahera MC, Julien Vardon, Caroline Achouri, Valérie Romanin, Esmii, Valding, Les Oignons, Ibtissem, Kamel Bala, qui vous aideront à découvrir danses du monde, derbouka…

Du lundi au samedi, danses tziganes avec Simona Jovic ( http://www.simonajovic.com ), mais aussi du lundi au dimanche, chaque après-midi vous propose une nouvelle danse : la danse Gwo Ka, la danse Kalbélia, les claquettes, les danses tribal fusion, le flamenco aux pieds nus, les danses orientales, et un stage de découverte Derbouka.

Chaque soir sera une nouvelle fête, avec des spectacles en entrée libre : deux séances de cinéma, du jazz New Orleans et claquettes, des rencontres en danses du monde, des danses et musiques tziganes, des danses orientales.

Des animations chaque jour pour les enfants (et les parents, s’ils le souhaitent !) avec Julia Bock de « Designers en herbe », des moments bien-être avec atelier de Qi Gong (S. Santa Cruz) et massages (Mon Heure à Moi). Restauration tous les jours (midi et soir le lundi 14, soir du 15 au 19, midi le 20) sur la place. Les pâtisseries des soeurs Bala, pour le plaisir des yeux et du palais, sans oublier les superbes tatouages au henné. Et bien sûr, comme chaque année le concours « Beaux-Arts », sur le thème des tziganes cette fois.

Et comme le premier jour de ce festival est le 14 juillet, ce sera un « bal trad » ce soir-là sur la place avec Valding ( http://www.myspace.com/valdingbaltrad ), bal pour lequel vous pourrez apprendre quelques danses au stage de 19 heures (1 € le stage !!!!!).

Une nouveauté cette année : deux marchés de créateurs, lundi 14 et dimanche 20 juillet, avec des artisans venus de la région, parfois d’un peu plus loin, pour exposer (et vendre) leurs créations.

Un beau festival, cette année encore !

Alors oui… nous n’avons pas un beau barnum, ni un vrai plancher de bal, quand l’orage s’invite l’eau traverse parfois la « salle »… mais nous avons le plaisir, la joie, l’envie de partager des moments conviviaux, des moments de bonne humeur, de vous faire découvrir d’autres mondes, d’autres musiques, d’autres danses, et de faire de vraies rencontres dont le souvenir réchauffera votre année… et vous reviendrez l’été prochain refaire le plein d’énergie, à Galembrun !  Ah… vous voulez davantage de précisions ? http://www.festivaldansespourtous.fr . A la semaine prochaine ?