Découvertes de fin d’année…

29déc17_07_écomusée CabanacRêver d’ici et d’ailleurs… aujourd’hui, ce sera ici. Car si j’aime aller flâner dans d’autres pays proches ou plus lointains, je sais aussi flâner dans ma campagne ! Et il n’est point besoin d’aller courir bien loin de chez soi pour faire des découvertes. Pour peu que l’on se donne la peine de chercher, nos régions recèlent des trésors. Et il fallait bien chercher des nouveautés à découvrir, car les ami-e-s qui arrivaient pour passer les derniers jours de 2017 et débuter 2018 avec nous, connaissaient déjà pas mal notre coin de campagne… Nous avons commencé vendredi 29 décembre par une journée étonnante, intéressante, pittoresque. Dès le matin, rendez-vous à Cabanac-Séguenville, tout petit village perdu dans la campagne, pour une visite de l’écomusée. Sur le papier donné à l’Office de Tourisme de Grenade, quelques lignes : « L’association « C’était Hier », avec le concours des communes du canton de Cadours, propose dans les locaux de l’ancienne école restaurée, une exposition « 150 ans d’école ». Chacun a retrouvé des archives familiales et de nombreux documents se rapportant à l’école allant de l’époque de la loi Guizot en 1833 à nos jours. » . Visites sur rendez-vous, et un numéro de téléphone.

Temps gris, pluie fine, froidure, un vrai temps d’hiver… mais quel accueil ! Un guide de 93 ans, fier de cette école, de tout ce que ces anciens murs contiennent : cartes de France, cartes postales, souvenirs des soldats du village pendant les guerres, salle de classe aux vieux bureaux en bois avec la place des encriers (enlevés, car ils disparaissaient lors des visites… 😦 ), tableaux pédagogiques, écriture à la plume d’oie, oui, une vraie… mais surtout les souvenirs riches d’émotion de ce monsieur, nous racontant ses déboires d’écolier, heureux de faire revivre ce bâtiment l’espace de quelques heures. Alors, oui, les vitres des fenêtres cassées laissaient passer l’air froid, et la « restauration » annoncée sur le papier n’était pas tout à fait vraie, mais nous nous sommes laissés embarquer dans cette classe unique avec un vrai plaisir, tellement monsieur Ducassé nous a subjugués ! Il serait vraiment dommage que la municipalité actuelle ne soit pas intéressée par tous ces trésors, ce que malheureusement nous a laissé entendre notre guide. Ces « petits » musées sont l’âme d’un village, sont notre Histoire, tout autant que les grands musées de nos villes.

L’après-midi, une autre visite. Dans un autre registre, mais tout aussi fabuleuse humainement parlant. Quand la passion est au rendez-vous… Nous avions rendez-vous à Grisolles, chez monsieur Coulom, le dernier fabricant de balais de Grisolles. Ce village fut pourtant la capitale du balai, depuis le milieu du XIX ème siècle… mais voilà, la modernité, l’arrivée de l’aspirateur… Allez découvrir l’hisoire du balai, des balais sur le site : https://balaispaillecoulom.com/ , ou allez faire un tour au musée du balai de Grisolles. Ce jour-là, période de vacances, le musée était fermé… et voilà comment nous avons rencontré, dans son atelier, Jean-Marc Coulom .

Anecdotes, souvenirs, tout en nous fabricant deux balais et une balayette, rires, bonne humeur et bavardages… nous avons, là encore, passé deux merveilleuses heures ! Bon, d’accord, la machine à coudre les balais n’avait pas assez chaud pour fonctionner, alors il nous a démontré comment on faisait sans la machine ! Nous sommes repartis avec de vrais beaux balais, faits en France, à l’ancienne, bien fournis, solides, « qui vous durent toute une vie »… mais pour cela, exigez la marque « Grisolles J-M Coulom » !

Il ne nous restait plus qu’à rentrer, et continuer nos découvertes avec la gastronomie régionale de Lorraine : tourte lorraine au menu du soir !29déc17_45_repas lorrainLa suite du programme demain… ou après-demain… bonne soirée !

Publicités

Autour du Nouveau

Nouveau quoi ? Nouveau qui ? Mais voyons, le Beaujolais ! 19_18nov17_Troisième jeudi de novembre oblige, nous partons en Beaujolais. Voir nos amis. Et découvrir ce beau vignoble et sa production de l’année. Un château par-ci, une cave par-là, des livres et des saveurs, la mise en perce à la mairie de Villefranche-sur Saône, autant de moments festifs autour du raisin. Depuis plusieurs années maintenant, nous en avons fait une tradition nous aussi ! (j’espère que nos amis sauront nous dire, si un jour ils en ont marre de nous voir arriver…).

Bien sûr, première cave visitée, celle de ceux qui sont devenus nos copains, les jumeaux… je ne sais si je peux faire de la pub, mais après tout, c’est mon journal, alors j’ai bien le droit de nommer ce que j’aime (bien que je ne participe pas à la dégustation, je me contente de sentir…), donc, disais-je arrêt chez « les Monternot » à Blacé ( http://www.domainemonternot.com/ ) .

Passage aussi chez Claude Bernard, oui oui, lui-même ou plutôt sa maison, où « les amis de Claude Bernard » continuent à faire vivre les vignes ( http://www.agglo-villefranche.fr/musee-claude-bernard.html ) ! Et quelques nouvelles découvertes, au hasard des prospectus glissés dans la boîte à lettres des amis. A chaque arrêt, des gourmandises régionales accompagnent la dégustation des vins, saucisson cuit au gène, fromages régionaux, rosette, gratons… on aime le bien-vivre et le bel accueil, dans le Beaujolais !

Samedi, une découverte, un nouveau château, ouvert semble-t-il pour la première fois au public, avec un très beau petit parc, le château Champrenard, où la dégustation des vins a laissé perplexe nos deux goûteurs… mais, à suivre, car cela ne fait que 2 ans que le domaine a été racheté ( https://www.facebook.com/pg/chateaudechamprenard/posts/ ou https://www.twil.fr/france/beaujolais-et-lyonnais/chateau-de-champrenard.html ). Là aussi, la dégustation était accompagnée de saucisson lyonnais et grignotages, une expo photos et tableaux de Toto Pissaco (si si, pas d’erreur ! https://www.facebook.com/pissacototo ) était présentée, et j’ai craqué pour l’huile d’olive des Pouilles « Olio di serra », à la belle robe verte, proposée par une famille venue de Serracapriola… (la photo des tableaux de Toto Pissaco est de lui-même, piquée sur sa page FB, merci à lui 😉 !)

Le samedi soir, les illuminations de la mairie de Villefranche sont l’occasion d’un rappel historique des célébrités Caladoises depuis Anne de Beaujeu jusqu’à Benjamin Biolay, suivies d’un feu d’artifice (dommage, cette tour technique qui cache les 3/4 de la mairie si on n’a pas la chance d’être dans les tout premiers rangs…), et j’allais oublier le Marathon, le semi-marathon, la course des couleurs…

Beaucoup d’activités autour de cette longue fin de semaine, salon du livre, marché des saveurs, dans chaque village on trouve une animation.23755550_1548727978546344_2554290226328452037_n Au salon des livres en Beaujolais, à Arnas ( photos sur  https://www.facebook.com/salon.des.livres.en.beaujolais/ ), des rencontres agréables avec les auteurs, biographies, polars, histoire régionale, romans, histoire sociale. Sans oublier l’exposition de tableaux-photos « Urbex quarante-deux », étonnante. Bernard Pivot, Maud Tabachnik, ou auteurs moins connus, livre, revue ou BD, notre dimanche après-midi est passé bien vite ! Visuel-lhomme-qui-plantait01

Et, bien entendu, la soirée (comme toujours magnifique) « chez Paule », ( http://beaujolais-yves-bonnet.fr/WordPress3/ ou http://www.beaujolais-yves-bonnet.fr/ ), où nous avons redécouvert le livre « L’homme qui plantait des arbres » de Giono : dessin et peinture au rythme des mots ou du chant, c’était superbe.

Je n’ai pas fait beaucoup de photos, bizarrement, pendant ces quatre jours (sauf au château Champrenard, séduite par le parc…). J’ai écouté, regardé, essayé de voir autrement qu’au travers du viseur pour une fois.

Pourtant les journées sous la brume étaient plus que photogéniques, par exemple le matin de notre départ de Blacé… 33_20nov17Quant à la route, à l’aller et au retour, nous avons eu droit aux puys enneigés sous le ciel bleu. Et même les aires d’autoroutes savent être poétiques lorsqu’il fait beau ! Partis avec le brouillard, nous sommes rentrés avec le brouillard, après une route tantôt bleue et ensoleillée, tantôt grise, tantôt embrumée.

Mais sans hésiter, que la route soit grise ou ensoleillée, à l’arrivée en Beaujolais il y a l’amitié avant tout, et donc… nous reviendrons ! si vous le voulez bien…

Famille, je vous aime !

Avant de reprendre le circuit Islandais, je vous emmène du côté de Besançon, Ornans, Reims et la région parisienne, où nous étions ces derniers jours. Raymond participant à un congrès à Besançon, nous avons ajouté quelques jours à ce déplacement pour y  retrouver nos amis et les nièces et neveux de Raymond, puis accompagner Naïs, une des petites-filles de Raymond, à son mariage. Journées de balades, de discussions, de rencontres, mais aussi de militantisme, avec le rassemblement de soutien à Salah Hamouri, le 7 octobre.

Nous avons revu avec plaisir le musée Courbet à Ornans (très intéressante présentation de la toile de Courbet « l’atelier du peintre »), avant de faire un petit tour le long de la Loue où les maisons se reflètent même lorsque le ciel est gris.

Rapide balade en ville, à Besançon, où escaliers et cours cachés n’auront bientôt plus de secrets pour moi… mais les seules couleurs automnales étaient sur les murs de la maison de nos amis, où la vigne vierge avait compris en quelle saison nous étions !

Le périple continuait avec la découverte de Reims, sur un circuit proposé par l’Office de Tourisme de la ville. C’était mardi, et en plus c’était journée de grève… nous n’avons pas trouvé le lieu de la manif (je sais qu’il y en a eu une, si si), et avons marché nez en l’air, entre maisons 1920 et quelques (rares) anciennes maisons, et avons croisé caves et magasins de champagne à tous les coins de rue,

petites curiosités,

et bien sûr la cathédrale et les vitraux de Chagall (oui, il y a aussi des vitraux plus modernes, d’Imi Knoebel, mais je n’ai pas aimé), une longue promenade tranquille, avant de retrouver nièce et neveux pour une agréable soirée.

Nous avons continué notre route vers le 93, car mercredi, 11 octobre, c’était jour de fête familiale, Naïs se mariait… toujours aussi belle et souriante, mais je ne mettrai pas beaucoup de photos, ne sachant pas si les personnes présentes à cette fête sont d’accord pour figurer sur une page qui, d’après les statistiques, se balade un peu partout… Nous étions vraiment heureux de retrouver, à cette occasion, parents, enfants, petits-enfants et même arrière-petit-fils, et rencontrer les ami-e-s de Naïs, qui nous ont accueillis avec beaucoup de gentillesse. Une belle journée de joie, sans tralala, quel bonheur !

Retour vers le soleil occitan ce jeudi, et reprise du quotidien. L’herbe a profité de notre absence pour pousser, et a bien besoin d’une nouvelle coupe, dont Raymond s’occupe cet après-midi… les papillons dégustent les dernières fleurs… l’atelier d’histoire de l’art d’octobre a eu lieu ce matin… mais les couleurs d’automne ne sont toujours pas arrivées dans le bois en face de la maison !

Quant à la balade Islandaise, elle reprendra bientôt…

Ici.

Tournée de collage d’affiches, cet après-midi (il était temps, le Festival débute mardi… http://www.festivaldansespourtous.fr ). Ciel bleu, grand soleil. Et petites routes tantôt en sous-bois, tantôt entre deux champs de tournesols, tantôt entre deux champs de terre brun clair déjà prêts pour les prochaines semences… de ce côté, pas de champs de blé.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, du moins si vous habitez dans une région de tournesols, mais les pauvres sont maintenant tellement trafiqués qu’ils ne tournent même plus avec le soleil… mais c’est beau quand même !_DSC1051 Bon, un peu de lecture au lit, et repos !

Tradition en fanfares

conscrits-2017-lafficheChaque dernière semaine de janvier, Villefranche sur Saône fête les/ses conscrits. Le vendredi soir, une retraite aux flambeaux, défilé de chaque décade sur un thème donné, chars, bonne humeur, avant l’aubade par chaque classe sur les marches de la Mairie, et la remise des clés de la ville aux « 20 ans ». Ce n’est pourtant pas le début de la fête, car depuis le dimanche précédent, les conscrits se retrouvent, selon un programme bien défini.

La fête ouverte à tous, que vous soyez nés « en 7 » ou pas, celle à laquelle vous participez (en spectateur bien sûr), débute donc le dernier vendredi du mois. Ensuite, le samedi, cérémonie au cimetière, visites aux conscrits en maison de retraite ou hospitalisés, visite aux « conscrites »… car cette fête très masculine (je n’oserai pas dire « macho »), n’oublie pas de fêter les « classardes » en leur offrant un bouquet et la cocarde des conscrits. Mais c’est aussi l’occasion, pour les fanfares invitées à précéder chaque classe lors de la « vague » du dimanche, de faire la démonstration de leur savoir-faire. Depuis mon enfance bercée par la fanfare de mon petit village, il faut avouer que les fanfares ont beaucoup évolué… défilé, évolutions fantaisistes, sous le bâton du sergent major, musiques actuelles réorchestrées, en rang par deux ou par dix ou en cercle, en valsant, en « rockant » même… bref, c’est à chaque fois un vrai plaisir de découvrir les fanfares invitées par les conscrits ! Qu’elles viennent de Rotterdam, du village voisin, ou d’autres régions de France, c’est toujours étonnant de qualité. Avant de mettre la page du dimanche et de la vague, voici un aperçu de ce samedi après-midi :

Les « Sans Pistons » d’Eloyes (Vosges), l’Euro Band de Rotterdam, les « Gueules Sèches » de Limoges, et la Royal FASAM du Bizet (Nord) ont démontré leur sérieux, même lorsque des conscrits faisaient les pitres aux côtés de leurs chefs, ou au milieu des musiciens…

Mais ils étaient nettement plus sérieux le lendemain, lors de la Vague qui ondulait dans la Rue Nationale ! A suivre sur une prochaine page…

Villefranche et les conscrits, un lien : http://www.villefranche.net/index.php/capitale-du-beaujolais/un-peu-dhistoire/48-la-tradition-conscrits.html

2017, J 1 !

Voilà, on y est. Le changement d’année ne va pas faire oublier les tragédies de l’année passée, mais si, pour une fois, les tonnes de vœux échangés dès 0 h. ce dimanche 1er janvier pouvaient être efficaces… Je me doute bien qu’il va y avoir encore fort à faire pour que les mots Solidarité, Fraternité, Tolérance, Partage, Paix, reprennent tout leur sens, mais c’est à chacun de nous d’agir, même si cela nous paraît infime. Un petit geste + un petit geste + …. A Blacé, à minuit, après les bises et les souhaits échangés, ce fut la ruée sur les téléphones !!!! Même l’arrivée du Chef apportant le plat du soir a eu du mal à faire décrocher tout le monde…. il faut dire que ça n’arrêtait pas de sonner.

Au matin, le groupe s’est partagé pour les activités… concert du 1er de l’an oblige pour certains, marche dans les vignes alentour pour d’autres, et pour moi préparatifs pour le repas de « midi ». Pas d’horaires de visite guidée à respecter, ouf !, nous avons commencé 2017 dans le calme. La visite du jour, c’était Oingt et ses crèches. Joli village perché, en pierres dorées. Crèches un peu partout dans le village, devant les maisons, dans des aquariums, « encellophanées », dans de vieilles voitures, derrière les vitres, dans l’église (oui, elle était ouverte 😉 !), crèches d’ici et d’ailleurs, et beaucoup d’imagination.

Il y avait même une crèche « à thé »….17-01-01_132_oingtEt… du brouillard ! Mais, miracle du 1er janvier, vers 17 heures, un petit rayon de soleil s’est glissé sur les murs de la tour, de quelques maisons, avec même du ciel bleu. Et au-dessus de la vallée, nous avons pu voir les monts du Beaujolais montrer un bout de leur sommet…

Entre deux crèches, quelques rappels d’un Noël plus « païen »…

2017 commence. Puisse cette année être moins douloureuse, plus chaleureuse que 2017, et que chacun y trouve (au moins) un peu de ce qui fait que la vie peut être si belle ! Bonne et heureuse année !

2017, J – 1 !

Un peu fatigués par les deux premiers jours de ce séjour en Beaujolais, ce 31 décembre nous avons refusé de suivre tout le programme prévu… tant pis pour le marché de Châtillon sur Chalaronne et les vieilles rues de la cité médiévale, nous nous sommes contentés d’un tour au marché de Villefranche sur Saône. Plein de couleurs, et on ne se lasse pas de le contempler depuis sa galerie !

Mais bon, même fatigués, nous n’allions pas boycotter la visite du jour : le musée Claude Bernard, ouvert juste pour nous ! Claude Bernard, l’enfant du pays… qui aurait pu devenir écrivain de théâtre, ou viticulteur, ou préparateur en pharmacie. Mais finalement, après pas mal de soucis, soutenu par les uns, poussé par les autres, il est devenu ce savant que tout le monde connaît. Non ? Vous ne connaissiez pas ? Alors voici un lien qui sera plus complet que ma mémoire (et pourtant, nous avons eu un guide très intéressant) : http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Claude_Bernard/108551 . Autre lien,celui de l’Association des Amis du Musée Claude Bernard, à Saint Julien en Beaujolais, dont voici le site : http://www.mairie-saint-julien69.fr/spip.php?article27 . Nous commençons par la visite du Musée, dans une grande maison proche (très proche) de la maison natale de Claude Bernard : outils, citations, photos, résultats des recherches, etc…

Juste derrière, la maison familiale. Magnifiquement restaurée. Un pigeonnier, car tout de même, nous sommes dans une famille de propriétaires viticoles, donc relativement aisés (malgré quelques revers de fortune…). De beaux meubles anciens, dont certains étaient dans la maison. Et, sculptés sur la cheminée, les outils du vendangeur…

La visite s’est clôturée par une dégustation, du Beaujolais Cuvée Claude Bernard, car les vignes sont toujours exploitées, par l’association. 16-12-31_105_chez-claude-bernardLa journée est presque terminée… ah, non, c’est vrai, c’était une journée à rallonges, ce 31 décembre !, nous avons repris le chemin de Blacé, où chacun s’est activé dans les préparatifs de la plus longue soirée de l’année !